Ostéoporose

Tout ce que vous devez savoir à propos de l’ostéoporose: De quoi s’agit-il, quels en sont la cause, les symptômes, le diagnostic, le traitement et comment la prévenir?

En vieillisant, les os perdent tous de leur solidité. Au-delà de 60 ans, chez une femme sur trois et un homme sur sept, le processus de dégradation des cellules osseuses se poursuit à un rythme accru. Cette fragilisation de l’os s’appelle l’ostéoporose. Les os deviennent plus fins et plus fragiles, ce qui augmente le risque de fracture. Chez les femmes la perte totale du tissu osseux peut aller jusqu’à 50%. Chaque jour, l’ostéporose provoque des fractures chez 250 personnes. Dans la plupart des cas, des fractures surviennent suite à des chutes, essentiellement au niveau de la hanche (17.000 par an), du poignet (12.000 par an) et de la colonne vertébrale (16.000 par an).

osteoporose

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

Tout comme votre peau, vos muscles et vos organes, vos os sont constitués de cellules vivantes. Tout au long de votre vie, la masse osseuse se construit et se détruit continuellement. Ainsi une fois tous les 10 ans votre squelette est entièrement renouvelé. Jusqu’à l’âge de 35 ans, les cellules se régénèrent plus qu’elles ne sont détruites. Quand vous avez passé la quarantaine, la masse osseuse diminue d’environ 2% par an. De ce fait, le squelette se fragilise. Différentes causes peuvent accélérer ce processus. Dans ce cas on parlera d’ostéoporose. Une simple chute à la maison ou en rue peut facilement occasionner des fractures.

Quelles sont les causes de l’ostéoporose ?

La cause principale de l’ostéoporose chez la femme est la ménopause. Au cours de cette période, la production d’œstrogènes par les ovaires s’arrête. Cette hormone sexuelle féminine freine la dégradation minérale osseuse. Puisque cet effet protecteur est levé, la masse osseuse va diminuer.
Chez les hommes la fragilisation des os survient en moyenne 10 ans plus tard que chez les femmes. Cela vient du fait que les hommes disposent de plus de tissus osseux. Ici aussi un changement de l’environnement hormonal peut intervenir. La production de testostérone diminue, or cette hormone joue un rôle important dans la constitution du tissu osseux. L’ostéoporose peut être héréditaire. Si l’un de vos parents, frères ou sœurs présente de l’ostéoporose, vous avez davantage de risque d’en souffrir également.

Certaines formes de rhumatismes – telle que l’arthrite rhumatoïde ou la maladie de Bechterew – peuvent aussi provoquer de l’ostéoporose. Une utilisation prolongée de prednisone constitue également un risque accru.

Quels sont les symptômes de l’ostéoporose?

En France environ 3 millions de femmes et 1 homme sur 5 de plus de 50 ans souffrent d’ostéoporose. Jusqu’à la première fracture l’ostéoporose n’occasionne aucune plainte et vous ne remarquez absolument rien. Néanmoins, le fait de voir votre taille diminuer ou d’avoir mal au dos peuvent être un signe de la fragilisation de vos os.

Le rapetissement est dû au tassement de plusieurs vertèbres et peut réduire votre taille jusqu’à 25 cm. Ceci entraine des maux de dos lors des mouvements. Ces douleurs sont temporaires et ne doivent pas être confondues avec l’arthrose du dos.

Comment est l’ostéoporose est-elle diagnostiquée ?

Si vous avez présenté une fracture ou si vous remarquez que votre taille diminue, prenez alors rendez-vous chez votre médecin traitant afin de déterminer si vous avez de l’ostéoporose. Avec une ostéodensitométrie ( ou DXA) la densité osseuse des os de la hanche ou du bas du dos peut être mesurée. Si celle-ci est trop faible, le risque de fracture est élevé et vous avez probablement de l’ostéoporose. Votre médecin traitant peut éventuellement décider d’effectuer une Evaluation de la Fracture Vertébrale ( EFV ou VFA). Grâce à cela, la hauteur des vertèbres peut être mesurée. Une radiographie de la colonne vertébrale peut aussi donner des informations sur l’état des vertèbres. Lorsque l’ostéoporose est la conséquence d’une autre affection – par exemple rhumatismale- une prise de sang et une analyse d’urine complémentaires sont réalisées. L’analyse d’urine permet de doser la quantité de calcium et de produits de dégradation de l’os. L’analyse de sang donne plus d’informations sur la sédimentation du sang (une indication de la présence d’inflammation), la teneur en vitamine D et en hormones.

Comment traiter l’ostéoporose ?

Le traitement de l’ostéoporose vise trois objectifs : combattre la douleur, prévenir les fractures et stopper la perte de masse osseuse ultérieure. La douleur peut être causée par une fracture osseuse ou un tassement vertébral (à ne pas confondre avec l’arthrose du dos). Parfois le paracétamol peut suffire. Si ce traitement est insuffisant, votre médecin traitant peut vous prescrire un anti-inflammatoire (AINS). En cas de tassement aigu des vertèbres lombaires, la prise de morphine ou d’un dérivé morphinique peut être nécessaire.

Afin de prévenir les fractures et la diminution de la masse osseuse, votre médecin traitant vous conseillera de bouger davantage, de marcher suffisamment au soleil et de manger sainement. Il peut aussi vous prescrire une préparation à base de Calcium, de Vitamine D3 et de Vitamine K2. La vitamine D3 favorise la fixation du calcium sur les os et en diminue l’excrétion. Le Calcium intervient dans la solidité des os.

La vitamine D3 est produite principalement au niveau de la peau grâce à l’exposition solaire. C’est pourquoi il est conseillé de sortir davantage au soleil. Une grande partie de la population présente néanmoins un déficit chronique en Vitamine D3. Il n’est donc jamais erroné de prendre des supplémentes de Vit D3 sous forme de compléments alimentaires. Lors d’un manque sévère en Vitamine D3 les injections peuvent aussi être une alternative. Vous pouvez toujours demander à votre médecin traitant de vérifier votre taux de Vitamine D3 par le biais d’une prise de sang.
La vitamine K2 est importante pour l’assimilation efficace du calcium par les os.

Par ailleurs votre médecin traitant tiendra compte de votre risque de chute. En cas de diminution de la force musculaire ou de problèmes d’équilibre, il peut vous orienter vers un kinésithérapeute. Si le risque de chute est très élevé, vous pourriez être transféré dans une « clinique de la chute » à l’hôpital.

En cas de forme sérieuse d’ostéoporose vous recevrez de votre médecin traitant une prescription de biphosphonates Ces médicaments freinent considérablement la perte de masse osseuse et peuvent même parfois en augmenter la densité. Après étude, il apparaît que la prise de biphosphonates diminue les risques de fractures de 50%. Le Denosumab et le Raloxifeen sont d’autres médicaments qui peuvent augmenter la densité osseuse. Si ces médicaments n’ont pas d’effets, le médecin peut prescrire des hormones thyroïdiennes. Ces hormones ont une grande influence sur le maintien du calcium dans votre corps.

Quelle est la meilleure prévention de l’ostéoporose et des fractures ?

  • Bouger est bon pour les os. Lorsque vous vous promenez, que vous faites du vélo, que vous jardinez, quand vous faites de l’aviron ou que vous jouez au golf , vos os sont plus sollicités. De ce fait, ils deviennent plus solides.
  • Une enquête récente montre que la consommation de produits laitiers n’est pas utile pour faire face à l’ostéoporose.
  • Allez au moins chaque jour 30 minutes à l’extérieur. Même s’il fait nuageux votre peau fait le plein de vitamines D3. D’octobre à avril la lumière du soleil est trop faible. Prenez alors un complément alimentaire de Vitamines D3
  • Mangez beaucoup de légumes, de céréales, de noix et de légumineuses. Ceux-ci contiennent des oligoéléments qui contribuent à maintenir des os solides.
  • Faites contrôler régulièrement vos yeux. Si votre vision diminue, vous augmentez le risque de chutes et donc de fractures.
  • Veillez à avoir un bon éclairage dans votre maison. Beaucoup de chute se passent à la nuit tombant ou lorsqu’il fait trop sombre. Par exemple lorsque vous allez aux toilettes la nuit.
  • Après une fracture, la peur de la chute peut persister. Celle-ci a un impact important sur votre quotidien car vous serez physiquement moins actif. Or il s’avère que les gens qui ont peur de tomber, tombent plus facilement. Certains hôpitaux ont leur propre « cliniques de la chute » au sein desquelles vous apprenez à prévenir les chutes.
  • Evitez le plus possible de laisser trainer les objets dans la maison. Ceci diminue les risques de chutes accidentelles.

Partagez ce message

Partagez via e-mail Imprimer la page

Télécharger gratuitement le livret “Bouger sans douleur”

Télécharger maintenant gratuitement le livret “Bouger sans douleur” (valeur € 4,95).

Télécharger gratuitement

Avez-vous des questions? Nous sommes ravis de vous aider.
Contactez-nous

Commentaires