La maladie de Bechterew

Tout savoir sur la maladie de Bechterew

Dans sa toute dernière interview pour le magasine HP / de tijd, avant son décès tragique, Joost Zwagerman racontait qu’il souffrait de la maladie de Bechterew. « Tu  grandis pour ainsi dire lentement courbé. Ce n’est rien de plus qu’un défaut embêtant. Peut être devrai-je apprendre à écrire debout » disait l’auteur.

La maladie de Bechterew est une affection rhumatismale qui survient généralement entre la 15ième et la 35ième année de vie.  Il s’agit d’une inflammation des articulations de la colonne vertébrale qui fut décrite pour la première fois en 1892 par le neuro-psychiatre Russe, Vladimir Bechterew. Cette affection survient chez 2 personnes sur 1000. L’idée que l’affection touche surtout les hommes est désormais obsolète. Il apparaît qu’autant d’hommes que de femmes ont  la maladie de Bechterew. En Français, le nom usuel  de cette affection est la spondylarthrite ankylosante (SA)

bechterew

– cliquez pour agrandir –

 

Qu’est-ce que précisément la maladie de Bechterew ?

La maladie de Becherew est une forme de maladie rhumatismale inflammatoire. La maladie de Bechterew touche initialement les articulations des vertèbres et de l’articulation sacro-iliaque. Ces articulations relient la colonne vertébrale au bassin. Une inflammation peut aussi survenir dans d’autres articulations comme le sternum, les genoux, les hanches et les bras. La raideur et la douleur perçues au niveau du dos sont  la conséquence de cette affection. Au final, les foyers inflammatoires rongent le cartilage et les os.

Le corps réagit en fabriquant davantage de tissus osseux, avec comme conséquence la fusion des vertèbres les unes aux autres et leur déformation. L’évolution de la maladie de Bechterew est imprévisible. Des périodes avec relativement peu de plaintes sont suivies de  périodes avec des plaintes sévères. Si la prise en charge est débutée à temps, l’évolution de l’affection peut être fortement ralentie.

Comment apparaît la maladie de Bechterew ?

Les connaissances sont encore maigres pour l’instant. Il est bien établi que la maladie de Bechterew est une affection auto-immune. Le rôle du système immunitaire est d’attaquer les intrus nocifs  comme les bactéries et les virus. En cas de maladie auto-immune, le système de défense se trompe et commence à considérer ses propres cellules comme des ennemis. On suspecte que des facteurs génétiques puissent jouer un rôle dans l’apparition de la maladie de Bechterew. Bien souvent, en effet, elle apparaît chez plusieurs membres d’une même famille. Le facteur génétique HLA-B27 se retrouve dans le sang de plus de 90% des personnes souffrant de la maladie de Bechterew. Cela ne veut pas encore tout dire.

8 % de la population qui ne souffre pas de cette affection présentent aussi ce facteur dans le sang. Une autre théorie repose sur le fait qu’une infection des intestins ou des voies urinaires dérègle le système immunitaire du corps.

Quelles sont les plaintes de la maladie de Bechterew ?

Presque toutes les personnes  avec la maladie de Bechterew souffrent de raideur et de douleur dans le bas du dos et la région fessière. Ces plaintes sont les plus sévères le matin au démarrage ou après avoir maintenu longtemps une même position. Les mouvements du corps réduisent les plaintes. A la fin de la journée, seul le repos peut  apporter du soulagement. D’autres articulations peuvent aussi être touchées par la maladie de Bechterew. Des inflammations peuvent survenir par exemple dans les épaules, les hanches, les genoux, les chevilles et parfois aussi le tendon d’Achille. Une fatigue peut apparaître en cas de mauvais sommeil. Les vertèbres peuvent finalement complètement fusionner. Cela conduit à la rigidité de toute la colonne vertébrale. Cela s’appelle «  l’effet-bambou ». Les ponts osseux entre les vertèbres de la colonne vertébrale ressemblent effectivement à une tige de bambou.  A cause de la fusion, les os frottent moins les uns contre les autres ce qui diminue la douleur. La fusion modifie la forme de la colonne vertébrale. Cela a comme conséquence que le patient marche en étant toujours plus courbé vers l’avant.

Une personne sur trois avec la maladie de Bechterew présente parfois une inflammation de l’iris de l’œil. L’œil est alors rouge, douloureux et sensible à la lumière. Une prise en charge rapide est alors nécessaire pour prévenir les dégâts au niveau de l’œil.

Comment le diagnostic de maladie de Bechterew est-il posé ?

Pour un médecin, poser un diagnostic est une mission bien complexe. Jusqu’à présent, il n’y a encore aucun examen standard développé pour affirmer la maladie de Bechterew. De plus, les plaintes initiales de douleurs dans le bas du dos et de raideur apparaissent souvent chez des personnes qui n’ont PAS cette maladie. Il peut donc s’agir d’une toute autre affection. Voilà pourquoi il faut parfois plusieurs années pour que le diagnostic de maladie de Bechterew puisse être posé. Pour le médecin de famille et le rhumatologue, votre histoire personnelle représente une source importante d’informations. Il voudra ensuite savoir si plusieurs cas de Bechterew sont survenus dans la famille, si vous souffrez de PSORIASIS ou si vous avez eu des soucis d’inflammation des intestins ou des voies urinaires avant l’apparition des plaintes ?  Evidemment, un examen clinique étendu sera aussi réalisé. La mobilité de votre dos sera contrôlée. De plus, on vérifiera s’il existe une zone douloureuse dans le dos ou au niveau de l’aine.

Un examen sanguin sera effectué uniquement pour exclure la présence d’autres affections. En effet, la présence du facteur génétique HLA-B27 dans le sang n’indique absolument rien. De nombreuses personnes ont ce facteur dans le sang sans développer la maladie de Bechterew. A l’inverse, tous les sujets atteints de cette affection n’ont pas l’HLA-B27 dans le sang. Le médecin peut aussi décider de faire une radiographie de l’articulation sacro-iliaque dans le bas du dos. Généralement, celle-ci ne sera  endommagée que dans un stade avancé de la maladie. Donc, dans un stade débutant, une telle radiographie apporte peu d’informations.

Comment la maladie de Bechterew est-elle prise en charge ?

La maladie de Bechterew ne peut être guérie. Une bonne prise en charge précoce pourra prévenir l’apparition des conséquences les plus sévères de cette affection et réduire la douleur et la raideur. Dans la plupart des cas vous serez pris en charge par un rhumatologue. En première intention il vous donnera le conseil impératif de surtout rester en mouvement, par exemple en promenant, en faisant du vélo ou en nageant.

Vous pouvez aussi rejoindre des groupes spéciaux d’entrainement qui sont centrés sur les plaintes de la maladie de Bechterew. De plus, un kinésithérapeute ou un ergothérapeute peut être impliqué dans la prise en charge.

L’autre pilier de la prise en charge sont les  médicaments. En fonction de la gravité des plaintes cela peut varier d’un simple anti douleur comme le paracétamol à un anti douleur de type anti inflammatoire comme les AINS.  L’usage de ces médicaments entraine des effets secondaires. Si vous y êtes opposés, vous pouvez dès lors essayer de limiter l’inflammation et la douleur avec la forme Liquide de Moules à lèvres vertes et de Bio-Curcumine. Selon le chirurgien orthopédiste jan Ide de Jong :  la maladie de Bechterew se situe aussi  dans la catégorie des inflammations chroniques.  Donc des anti inflammatoires comme la Moule à lèvres vertes et la Curcumine pourraient potentiellement atténuer quelque peu la douleur et l’inflammation. Il y a à ce jour, deux rapports positifs à propos de l’utilisation de Moules à lèvres vertes liquides et de Bio-curcumine chez des patients atteints de Bechterew.

Quand opère-t-on dans la maladie de Bechterew ?

Très rarement, le médecin peut décider d’opérer. Par exemple, pour remplacer une articulation touchée. Si la colonne vertébrale est complètement soudée, la posture peut être améliorée à l’aide d’une intervention chirurgicale. Une telle opération peut être très invasive.

Le médecin devra donc avant l’exécution discuter avec vous des avantages et des inconvénients de cette opération.

Commentaires