La curcumine

Curcumine arthrose inflammationLa Curcumine (Turmeric en anglais), qui provient de la plante appelée curcuma (Curcuma longa), est utilisée depuis des siècles dans la médecine traditionnelle ayurvédique. Par exemple pour soigner des inflammations de l’arthrose et de polyarthrite rhumatoïde. La Curcumine a gagné en intérêt dans le monde entier au cours des dernières décennies, grâce à son effet anti-inflammatoire puissant qui pourrait même aider à combattre le cancer.

Quel effet la Curcumine a-t-elle sur les cellules enflammées dans l’articulation ?

L’effet anti-inflammatoire de la Curcumine a été étudié en détail dans des conditions in vitro (ce qui signifie : sur quelques cellules ou tissus dans une boîte de Pétri). Ce type d’étude a permis de révéler que la Curcumine inhibe la production de nouvelles cytokines et prostaglandines dans les cellules enflammées, deux substances qui favorisent l’inflammation [1,2,3,4]. Ainsi la ‘communication’ de l’inflammation vers d’autres cellules est interrompue et il est mis fin au processus négatif [1]. La Curcumine freine également de plusieurs façons la production des enzymes inflammatoires COX-2 et 5-LOX [2,3,5]. De plus, il y a une baisse dans la production de MMP (les enzymes responsables de la dégradation du cartilage) dans les cellules enflammées, ce qui bloque la dégradation du cartilage en cas d’arthrose [2,3,4,5,6].

Les nombreux effets de la Curcumine sont dus à un mécanisme central, à savoir la diminution de l’activité du facteur de transcription ‘NF-κB’ [2]. Normalement, ce facteur est activé par des stimuli de stress, tels les facteurs d’inflammation (par exemple TNF-α et IL-1β), le stress mécanique extrême ou la présence de produits de dégradation du cartilage [2]. Grâce à son influence sur l’activité NF-κB [2], la Curcumine peut inhiber la production des facteurs d’inflammation TNF-α [1] et IL-1β [3,5] et freiner la dégradation du cartilage par les MMP [6]. De plus, la Curcumine diminue de manière contrôlée la production de prostaglandines et de COX-2 dans les cellules muqueuses enflammées [7], ainsi que le nombre de cellules muqueuses [7,8]. Ainsi la Curcumine a un impact sur le processus inflammatoire dégénératif des affections articulaires, comme la polyarthrite rhumatoïde et l’arthrose.

(Cliquez pour agrandir) Illustration schématique des processus de l'inflammation dans l'arthrose, dans laquelle la curcumine peut jouer un rôle de l'inhibition

(Cliquez pour agrandir)
Illustration schématique des processus de l’inflammation dans l’arthrose, dans laquelle la Curcumine peut jouer un rôle de l’inhibition

La Curcumine dans la pratique clinique

Comme souvent dans le cas des études in vitro, les résultats disent peu sur la pratique clinique. Si quelqu’un mange régulièrement de la Curcumine (par exemple de la sauce au curry jaune, qui contient de la Curcumine), il faut se demander quelle quantité de Curcumine atteint réellement l’endroit de l’inflammation. En effet, l’absorption biologique de la Curcumine par le tube digestif n’est pas optimale. Faut-il alors augmenter la dose ? Oui, c’est possible, mais le traitement ne sera toujours pas efficace. Plusieurs scientifiques, qui ont compris le potentiel de cet épice, ont trouvé des manières pour améliorer l’absorption de la Curcumine. Une solution est de combiner la Curcumine avec une substance qui passe mieux à travers la paroi intestinale, afin que la Curcumine entre plus facilement dans les vaisseaux. Autre possibilité : lier la Curcumine à une molécule qui favorise la liaison de la Curcumine aux membranes cellulaires dans les intestins.

L’amélioration de l’absorption de la Curcumine

Des résultats fructueux ont été obtenus dans une étude récente avec de la Curcumine et des huiles essentielles de Curcuma, qui renforcent l’absorption de la Curcumine : les notes de douleur et de fonction chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde étaient considérablement meilleurs après un traitement à base de cette variante à la Curcumine [9]. L’amélioration était similaire, voire même plus prononcée, que celle du groupe de contrôle qui a reçu du diclofenac (un AINS) pendant la même période [9]. Le taux de présence de la protéine inflammatoire C réactive (CRP) dans le sang du groupe de Curcumine avait baissé davantage comparé à celui du groupe AINS [9]. Ceci s’explique par la différence en fonctionnement entre la Curcumine et les AINS, car, contrairement à la Curcumine, les AINS n’inhibent pas la production de TNF-α [1]. Étant donné que la Curcumine est un anti-inflammatoire efficace sans effets secondaires [9] et que les AINS ont de (graves) effets secondaires, il n’est pas si surprenant que beaucoup de gens préfèrent un traitement sans danger, mais tout aussi efficace, à base d’une épice naturelle qui est extraite de la plante Curcuma longa. En général, vous pouvez d’ailleurs le combiner sans problème avec les médicaments traditionnels.

Résumé et conseils

Afin d’améliorer davantage l’absorption, il est conseillé de choisir un traitement à la Curcumine sous forme liquide, dont la disponibilité biologique est plus élevée. La dose de Curcumine peut alors être relativement basse, tout en offrant le même effet, car le tuyau digestif absorbe mieux la Curcumine sous forme liquide qu’en poudre ou gélule.

Références

[1] Colitti, M.; Gaspardo, B.; Della Pria, A.; Scaini, C.; Stefanon, B. (2012) Transcriptome modification of white blood cells after dietary administration of curcumin and non-steroidal anti-inflammatory drug in osteoarthritic affected dogs. Veterinary Immunology and Immunopathology 147;136-146.

[2] Mobasheri, A.; Henrotin, Y.; Biesalski, H.-K.; Shakibaei, M. (2012) Scientific evidence and rationale for the development of curcumin and resveratrol as nutraceuticals for joint health. International Journal of Molecular Sciences 13;4202-4232.

[3] Zhou, H.; Beevers, C.S.; Huang, S. (2011) Targets of curcumin. Current Drug Targets 12;332-347.

[4] Mathy-Hartert, M.; Jacquemont-Collet, I.; Priem, F.; Sanchez, C.; Lambert, C.; Henrotin, Y. (2009) Curcumin inhibits pro-inflammatory mediators and metalloproteinase-3 production by chondrocytes. Inflammation Research 58;899-908.

[5] Henrotin, Y.; Clutterbuck, A.L.; Allaway, D.; Lodwig, E.M.; Harris, P.; Mathy-Hartert, M.; Shakibaei, M.; Mobasheri, A. (2010) Biological actions of curcumin on articular chondrocytes. Osteoarthritis and Cartilage 18;141-149.

[6] Kumar, D.; Kumar, M.; Saravanan, C.; Kumar Singh, S. (2012) Curcumin: a potential candidate for matrix metalloproteinase inhibitors. Expert Opinion on Therapeutic Targets 16;959-972.

[7] Park, C.; Moon, D.-O.; Choi, I.-W.; Choi, B.T.; Nam, T.-J.; Rhu, C.-H.; Kwon, T.K.; Lee, W.H.; Kim, G.-Y.; Choi, Y.H. (2007) Curcumin induces apoptosis and inhibits prostaglandin E2 production in synovial fibroblasts of patients with rheumatoid arthritis. International Journal of Molecular Medicine 20;365-372.

[8] Lev-Ari, S.; Strier, L.; Kazanov, D.; Elkayam, O.; Lichtenberg, D.; Caspi, D.; Arber, N. (2005) Curcumin synergistically potentiates the growth-inhibitory and pro-apoptotic effects of celecoxib in osteoarthritis synovial adherent cells. Rheumatology 45;171-177.

[9] Chandran, B. and Goel, A. (2012) A randomized, pilot study to assess the efficacy and safety of curcumin in patients with active rheumatoid arthritis. Phytotherapy Research 26;1719-1725.

Partagez ce message

Partagez via e-mail Imprimer la page

Gratis boekje "Bewegen zonder pijn"

Download nu gratis het boekje ‘Bewegen zonder pijn’ t.w.v. € 4,95.

Download gratis

Heeft u vragen? Wij helpen u graag.
Neem contact op.