Ibuprofène et Diclofénac

En savoir plus sur les avantages et les inconvénients des analgésiques anti-inflammatoires pour l’arthrose

Dans le cas de l’arthrose, l’usure du cartilage n’est pas le seul problème. L’inflammation des articulations joue également un rôle important. Ce n’est pas pour rien que cette affection est appelée “ostéoarthrite”. Le terme “arthrite” ne signifie ni plus ni moins qu’il y a une “inflammation des articulations”. L’arthrose n’est donc pas seulement une usure mécanique du cartilage, mais aussi une maladie inflammatoire.

 

Comment les inflammations des articulations se produisent-elles dans l’arthrose ?

Dans l’arthrose, le cartilage entre les articulations s’effrite. Les inflammations sont la conséquence directe de ces dommages. En réaction aux fragments de cartilage détachés, l’acide arachidonique est libéré des membranes cellulaires. L’enzyme COX-2 transforme ensuite cet acide arachidonique en prostaglandines, qui provoquent des inflammations dans les articulations. Si seul le cartilage est touché, vous ne sentirez rien. Après tout, il n’y a pas de nerfs dans le cartilage. Toutefois, l’inflammation peut s’étendre au liquide synovial, puis à la muqueuse et aux os environnants. Ensuite, vous pouvez commencer à ressentir de la douleur, car il y a des nerfs dans la muqueuse et dans l’os. Ces nerfs détectent les signaux de douleur en raison d’une forte concentration de facteurs inflammatoires dans le liquide synovial. Dans la phase initiale – lorsque la douleur est encore supportable – un paracétamol peut aider. Mais si la douleur continue à augmenter, le médecin prescrira un antidouleur anti-inflammatoire. Il s’agit généralement d’Ibuprofène ou de Diclofénac.

 

Que sont les antalgiques anti-inflammatoires ?

L’ibuprofène et le diclofénac font partie des AINS. Cette abréviation signifie “anti-inflammatoires non stéroïdiens”. Ces médicaments ont un double effet. Ils réduisent la douleur et inhibent l’inflammation des articulations. Le mécanisme d’action de l’ibuprofène et du diclofénac est basé sur l’inhibition de l’activité de l’enzyme COX-2. En conséquence, la conversion de l’acide arachidonique en prostaglandines pro-inflammatoires est largement bloquée. Les deux analgésiques anti-inflammatoires agissent efficacement. Cependant, ces médicaments doivent être pris quotidiennement car leur effet est toujours de courte durée.

 

En savoir plus sur l’ibuprofène

L’ibuprofène est un amalgame de l’anglais iso-butyl-propanoic-phenolic acid. Il a été développé par la société pharmaceutique anglaise Boots et enregistré comme médicament à partir de 1969. Comme le brevet a maintenant expiré, il peut également être fabriqué par d’autres fabricants. L’ibuprofène est désormais également disponible sous les noms de marque Adulfen, Advil, Brufen, Buprophar, Dolofin, Epsilon, Ibuphar, Motrin, Nuprin, Nurofen, Optalidon, Sarixell, Spidifen et Zafen. Un dosage de 200 mg est disponible en supermarché. Pour le double dosage, vous ne pouvez vous rendre que dans une pharmacie ou une droguerie. 600 mg et plus ne sont disponibles qu’en pharmacie sur prescription médicale.

 

En savoir plus sur le Diclofenac

Le nom de Diclofenac est également dérivé de sa structure chimique : acide dichloranilino phénylacétique. Ce médicament est sur le marché international depuis 1974. Le principe actif du Diclofenac est également présent dans les analgésiques anti-inflammatoires Arthrotec, Cataflam, Diclofenac Sodium, Diclon, Naclof, Voltaren et Voltarol. Le Diclofenac est la variété sans marque. Le diclofénac est disponible jusqu’à 12,5 mg sans ordonnance dans les pharmacies et les drogueries. Un dosage plus élevé de 25 mg est uniquement disponible en pharmacie, mais toujours sans ordonnance. Les doses plus élevées ne sont disponibles que sur prescription médicale.

 

Quels sont les effets secondaires de l’ibuprofène et du diclofénac ?

L’ibuprofène et le diclofénac combattent l’inflammation des articulations en inhibant l’action de l’enzyme COX-2. Ainsi, moins d’acide arachidonique est transformé en prostaglandines pro-inflammatoires. L’inconvénient de ces analgésiques anti-inflammatoires est toutefois qu’ils réduisent également la production de l’enzyme COX-1. Cette enzyme est un “frère” de la COX-2, mais joue un rôle majeur dans la protection des muqueuses du tractus gastro-intestinal. Par conséquent, une inflammation de la muqueuse gastrique peut se produire lorsque la COX-1 est inhibée. En outre, l’utilisation de ces AINS peut entraîner des vomissements, des brûlures d’estomac, des selles sanglantes, des nausées et un ulcère gastroduodénal avec saignement. Les effets secondaires suivants peuvent également survenir lors de l’utilisation de l’ibuprofène : maux de tête, étourdissements, fatigue, essoufflement, éruption cutanée et démangeaisons. La liste des effets secondaires du Diclofénac est encore plus longue. On peut l’étendre à l’inflammation du foie, à la dépression, à l’altération de la fonction rénale et aux acouphènes, entre autres. L’utilisation régulière de Diclofenac augmenterait le risque de maladie cardiaque et de crise cardiaque de 30 à 40 %. Par conséquent, depuis 2013, ce médicament ne doit plus être utilisé par les patients atteints de maladies cardiovasculaires. Chaque année, des milliers de personnes sont admises à l’hôpital en raison d’une utilisation irresponsable de ces analgésiques anti-inflammatoires. Par conséquent, choisissez toujours le médicament le plus approprié pour vous avec votre médecin. Nous vous recommandons également de n’utiliser l’Ibuprofène et le Diclofénac que pendant une courte période et de ne pas les acheter à la légère sans ordonnance médicale dans un supermarché, une pharmacie ou un drugstore.

Vieillir devrait être le plus beau cadeau que vous offre la vie. Synofit, c’est le complément alimentaire naturel pour lutter contre vos douleurs articulaires et profiter de chaque instant. Vendu en France depuis 2018, il a déjà convaincu des milliers de français avec plus de 90% de satisfaction. Découvrez les produits Synofit (sponsorisé)

 

Vivre avec la douleur ou choisir une alternative naturelle ?

L’ibuprofène et le diclofénac sont des analgésiques anti-inflammatoires efficaces, qui agissent déjà à court terme. Toutefois, il est conseillé de ne pas les utiliser trop longtemps. De plus, ces médicaments peuvent provoquer des effets secondaires désagréables. C’est pourquoi de nombreuses personnes souffrant d’arthrose et d’autres problèmes articulaires ont l’impression d’être bloquées. Quelle est l’alternative si vous prenez ces analgésiques anti-inflammatoires depuis un certain temps ou si vous commencez à en avoir marre de ces médicaments ? Si vous arrêtez, l’inflammation va reprendre et vous devrez continuer à vivre avec des douleurs articulaires. Une opération de l’articulation concernée peut également constituer une solution (en savoir plus sur la prothèse de genou ou la prothèse de hanche).

En attendant, de nombreuses personnes bénéficient de la moule verte liquide, de la curcumine ou de la feuille de cassis. Ce sont des agents anti-inflammatoires naturels qui peuvent avoir un effet positif sur les articulations. Il peut être utilisé en toute sécurité – également en combinaison avec presque tous les médicaments – et jusqu’à présent, il n’y a pas d’effets secondaires connus. Ces anti-inflammatoires naturels n’ont – contrairement à l’Ibuprofène et au Diclofénac – aucune influence sur la COX-1. Par conséquent, la fonction de protection gastro-intestinale de cette enzyme reste totalement intacte.

 

C’est l’effet de la moule verte liquide et de la curcumine.

La moule à lèvres vertes est particulièrement riche en acides gras oméga-3. Outre l’EPA et le DHA, ce mollusque de Nouvelle-Zélande contient toute une série d’autres acides gras oméga-3, dont certains très rares. La structure de ces acides gras est très similaire à celle de l’acide arachidonique. Lorsqu’il y a un apport important d’acides gras oméga-3 dans les articulations, la COX-2 convertit moins d’acide arachidonique en prostaglandines pro-inflammatoires. Au lieu de cela, cette enzyme convertit les acides gras oméga-3 en métabolites qui atténuent réellement l’inflammation.

La curcumine inhibe la formation d’acide arachidonique dans les muqueuses des articulations. Cela conduit à une réduction de l’inflammation. En outre, il inhibe également la production de COX-2, de sorte que moins de facteurs inflammatoires sont formés. Enfin, la curcumine réduit la production de protéases qui dégradent le cartilage (les fameuses MMP).

La feuille de cassissier favorise l’excrétion de l’acide urique. Cela empêche l’acide urique de se fixer dans les articulations sous forme de cristaux. Il favorise également la production d’hormones anti-inflammatoires dans le cortex surrénalien (“la prednisone de l’organisme”).

La moule verte liquide, la curcumine ou la feuille de cassis sont donc des agents anti-inflammatoires efficaces. Ils réduisent la douleur et le gonflement et améliorent la mobilité des articulations. Bon à garder en tête lorsque vous voulez ou devez arrêter de prendre de l’Ibuprofène et du Diclofénac.

(réclame)

Partagez ce message

Partagez via e-mail Imprimer la page

 

Télécharger gratuitement le livret “Bouger sans douleur”

Télécharger gratuitement

Télécharger maintenant gratuitement le livret “Bouger sans douleur” (valeur € 4,95).

 

Commentaires